November 12, 2016 Abdeldjallil SOAL 2Comment

IoT ou l’internet des objets est une extension de l’internet, a pour objectif de relier et connecter des objets physiques tel que les voitures, les machines à laver, etc… l’internet des objets connectés représente les échanges d’informations et de données provenant de disposiftifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet. L’IoT est considéré comme la troisième évolution de l’Internet, baptisée Web 3.0. Elle revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique et beaucoup d’autres domaines d’applications. L’IoT est en partie responsable d’un accroissement exponentiel du volume de données générées sur le réseau, ce qui a donnée naissance au Big Data.

L’IoT est « un réseau de réseaux qui permet, via des systèmes d’identification électronique normalisés et sans fil, d’identifier et de communiquer numériquement avec des objets physiques afin de pouvoir mesurer et échanger des données entre le monde physique et virtuel. ».

L’Union internationale des télécommunications définit l’IoT comme une « infrastructure mondiale pour la société de l’information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication interopérables existantes ou en évolution ». Pour l’Union, en exploitant les capacités d’identification, de saisie de données, de traitement et de communication, l’IoT tire pleinement parti des objets pour offrir des services à toutes sortes d’applications, tout en garantissant le respect des exigences de sécurité et de confidentialité.

Vu l’importance de cette nouvelle technologie qui est en réalité une extension de l’internet (Web 3.0), l’IoT représente aussi une tendance ou en quelque sorte une mode dans le domaine des nouvelles technologies, où on voit que la majorité des grandes firmes technologiques (si ce n’est pas toutes) ont suivis la tendance en mettant le paquet sur cette dernière.

Intel et Qualcomm sont les société qui on le plus investi dans l’IoT



Selon le rapport publier par BI Intelligence le premier trimestre de cette année, Depuis 2010, l’entreprise qui a le plus investi dans les startups est Intel Capital, suivit de près par Qualcomm Ventures. On remarque que ces deux géants de la technologie se sont particulièrement concentrés sur des startups spécialisées dans les capteurs et les wearables. Les observateurs du secteur expliquent que le business model de ces sociétés est basé sur la fabrication et le design de petits objets connectés.

En 2015, Intel Capital avait investi la société BodyLabs, une startup spécialisée dans les capteurs 3D pour scanner le corps humain. En dehors de cela, le géant a investi dans l’entreprise Sano Intelligence, un autre développeur de capteurs biométriques. D’autres startups et entreprises IoT comme Bocom Intelligent Network Technologies, SigFox et Stratoscale, ont vu leur business se développer grâce aux investissements d’Intel Capital.

Les investissements de Qualcomm Ventures sont assez proches de ceux d’Intel Capital. La société a montré son intérêt pour le fabricant de drones 3D Robotics et la startup Whistle Labs, une startup spécialisée dans les wearables pour chien. Qualcomm Ventures a également investi dans des capteurs fabriqués par Placemeter, Panoramique Power et Street Line.

Foundry Group et KPCB sont à égalité à la troisième place des sociétés qui ont le plus investi dans l’IoT ces 5 dernières années. Alors que Foundry Group s’est intéressé à des marques telles que Fitbit, MakerBot et LittleBits, KPCB a plutôt investi dans l’automobile, la domestique et les wearables.

D’une part on a vu l’importance de l’IoT aux yeux des plus grands investisseurs dans le monde, d’autre part on oublie pas les petites startups qui essaient d’entrer en concurrence et qui produisent des objets et des applications connectés.

On cite les plus connus de ces startups qui ont été référencé par Le magazine des professionnels de l’internet des objets dans son article “Les 10 startups de l’IoT les plus tendances de 2015”.

Digital Lumens, la startup a aidé le consommateur à réduire les factures d’électricité de près de 90%. Depuis 2010, la société est spécialisée dans les lampes LED et contrôleurs de capteurs à base de LED, ce qui inclut un support sur le réseau sans fil. Ce mois-ci, la société a également lancé LightRules Mobile, une application qui permet de contrôler les LED depuis une tablette ou un téléphone. Digital Lumens a aussi rajouté d’autres innovations comme une fonction de lampe de secours et de gestion de l’énergie sur les lampes LED.

BKON Connect Inc., cette société a créé une plateforme basée dans le cloud, Phy.net. Cette plateforme simplifie la présence sur le web pour les revendeurs, ceux qui font du business, et les autres petits commerçants. La plateforme autorise les mises à jour de contenu des balises qu’ils envoient aux clients.

MuleSoft, cette start-up aide les entreprises à traduire le flux des données entrantes venant des divers dispositifs connectés. La startup offre un software qui s’intègre et qui peut apporter une aide aux fournisseurs et aux clients professionnels, afin d’organiser les données de l’IoT. Cela permet une prise de décision plus importante. MuleSoft a récemment lancé une API appelée Workbench, gratuite, afin de laisser les développeurs contrôler le cycle complet de l’API durant la durée de sa vie.

Switchmate, la société de la Silicon Valley a pour but d’amener à créer des objets connectés simples, pour une smart home. Basée à Palot Alto, cette jeune startup d’un an tout juste, vient de sortir son premier objet connecté. Un interrupteur de lampes intelligent qui permet de s’adapter aux interrupteurs existants à travers un simple aimant. Pas besoin d’installation ou de techniciens. L’appareil, une fois mis en place, permet de contrôler la lumière à distance via une application sur son téléphone. 1500 unités ont été pré-vendues en une semaine.

Davra networks, la société irlandaise Davra Networks a signé plus tôt cette année, le programme Cisco’s SolutionPlus. Il s’agit d’une plateforme d’autorisation de management et d’application que les clients Cisco peuvent utiliser. Cette solution qui utilise le cloud, RuBAN, permet un déploiement rapide et de solution IoT au travers d’une plateforme simple dans l’autorisation d’applications.

Ingenu, Autrefois appelé On-Ramp Wireless, cette société construit le premier réseau sans fil exclusivement réservé pour les appareils connectés et les machines connectées. Basée à San Diego, la compagnie a été fondée en 2008 et a déployé 35 réseaux pour machines depuis sa création. Cette année, l’entreprise a vendu son système sans fil dédié M2M à Phoenix et à Fort Worth (Dallas). Ingenu prévoit également de couvrir 30 nouvelles zones de métro à la fin de 2016, avec son système Machine Network.

Silver Springs Networks, Cette société fabrique des produits pour le smart grid. Elle a révélé récemment son premier Silver Springs IoT Edge Router, conçu pour permettre aux villes de manières simples et sécurisées, d’intégrer bon nombre d’appareils et d ‘applications à leur réseau Silver Spring IoT existant. Cela peut intégrer, par exemple, l’éclairage intelligent public et le système des smart grids, entre autres.

Jasper, La société apporte une solution basée dans le cloud, afin de supporter les infrastructures de l’IoT. Les fournisseurs et les clients professionnels de solutions peuvent ainsi contrôler et monétiser les appareils connectés à travers la plateforme IoT de Jasper.

Humon, Les professionnels de la forme physique ont été impressionnés par la technologie portative qu’Humon a dévoilée. Les capteurs et sondes sont portés sur les muscles de l’utilisateur et servent de moniteur en temps réel pour connaitre le seuil d’acide lactique. La sonde est conçue pour des athlètes, afin de les aider dans leur entrainement et connaitre leurs limites personnels.

BeaconControl, La société offre une approche open source pour gérer sa balise Bluetooth. La plateforme logicielle travaille en même temps avec les balises physiques du fournisseur Kontakt.io. L’entreprise BeaconControl permet à ses clients professionnels, et à ses fournisseurs de solutions de concevoir et déployer des solutions basées sur les balises.

Avec tout ce grand nombre de spécialistes entre chercheurs, investisseurs, concepteurs, développeurs et jeunes innovateurs, qui s’intéressent à ce domaine. la quantité d’objets connectés conçus est immense, d’où on prévois plus de 20 milliards d’objets connectés en 2020. De là on commence à négliger la qualité de ces objets connectés qui vont envahir notre vie quotidienne, ainsi que l’utilité et l’importance de ces outils intelligents dont peut être on a même pas besoin de les avoirs, pourtant ils existent déjà pas mal de gadgets qui n’ont pas de sens et on a pas du tout besoin de les utilisés.

Nous citons par exemple “Quirky Egg Minder”, un gadget totalement ridicule qui a comme fonctionnalité d’envoyer une notification au smartphone pour signaler qu’il ne reste pas beaucoup d’œuf dans le plateau, il est doté d’un petit LED qui sert a identifier l’œuf le plus ancien sur le plateau.

Quirky Egg Minder




Un autre objet connecté qui parait encore plus bizarre, c’est les fourchettes intelligentes. “HapiFork” utilise le bluetooth et qui vibre une fois vous manger trop vite. Aussi bizarre que cela puisse paraître, il essaie de vous entraîner à partir d’un véritable problème.

HapiFork

 




Il existe plusieurs caméras connectées destinées à surveiller les animaux à distance, mais le gadget ridicule de “Furbo” vous donne la possibilité de tirer des bonbon pour vos chiens via votre smartphone.Il est doté aussi d’une radio bidirectionnelle qui vous donne la possibilité de parler et entendre votre chien. Essentiellement, c’est une Camera, juste pour les chiens.

Fubro




En concluant, on est tous d’accord que les nouvelles technologies se développent très rapidement ce qui modifie en profondeur le comportement d’achat des consommateurs. Mais l’émergence des objets connectés peut également entraîner une certaine lassitude de leur part. Que ce soit en raison de fonctionnalités similaires selon les produits ou par leur utilisation désuète au quotidien. Si l’objet ne se fond pas dans une utilisation quotidienne, et si l’on n’arrive pas à dépasser le stade de l’effet de surprise alors l’objet connecté ne satisfera pas l’utilisateur qui s’en lassera rapidement et ce dernier restera au rang des « gadget ».

Jetez un coup d’œil sur les prix des smart gadgets sur Amazon

Références :

  • L’Internet des Objets | Pierre-Jean Benghozi, Sylvain Bureau, Françoise Massit-Folléa
  • Guido Noto La Diega, « L’Internet des Objets. Effleurant la surface »
  • « ITU-T définition du Internet des Objets »
  • http://www.objetconnecte.com/10-sta… «Le magazine des professionel de l’internet des objets»